VISIBLE OU INVISIBLE, UN ÉTÉ
RÉVÉLÉ
4 JUILLET→ 25 SEPTEMBRE

Rendez-vous attendu et incontournable de la photographie, les Rencontres d’Arles font de la 53e édition un focus sur notre réalité contemporaine. Durant près de trois mois comme le souligne son directeur Christof Wiesner :
« La photographie, les photographes et les artistes qui vont s’en emparer sont là pour nous rappeler ce que nous ne voulons ni voir ni entendre (…) », la réalité contemporaine viendra donc se révéler dans la programmation
riche de cette édition.

Mitch Epstein. Gare de Churchgate, Bombay, Maharashtra, Inde, 1989.
Avec l’aimable autorisation de Black River Productions, Ltd. / Galerie Thomas Zander / Mitch Epstein.

Cette année, une attention particulière est donnée aux invisibilisé.e.s, aux oppréssé.e.s et aux femmes artistes (Lucy Lippard, Cindy Sherman, Lee Miller, Mitch Epstein, Judy Chicago, Esther Ferrer, Frida Orupabo Bettina Grossman, Martha Wilson, etc.) et photographes à travers une exposition retrospective : « Une avant-garde féministe, photographies et performances des années 1970 de la collection Verbund, Vienne ».

BIRGIT JÜRGENSSEN Ohne Titel (Selbst mit Fellchen) [Sans titre (Moi avec de la fourrure)], 1974.
Avec l’aimable autorisation de l’artiste / Galerie Hubert Winter / Bildrecht / Collection Verbund.

Cette édition 2022 offrira ainsi du temps lors de sa visite : le temps d’explorer les corps des
femmes et des hommes, avec plus de 160 artistes, le temps de la danse, le temps des années qui déforment ou embellissent le regard de l’autre.

DANIEL JACK LYONS
Wendell travesti, juillet 2019, série Comme une rivière. Avec l’aimable autorisation
de Loose Joints et de l’artiste.

NOÉMIE GOUDAL
Phoenix VI, 2021.
Avec l’aimable autorisation de la galerie Les filles du calvaire et de l’artiste.

Mais aussi un focus sur le temps de l’expérience, pour aller explorer l’origine de l’homme avec une relecture de l’histoire coloniale ou ces combats liés au pillage d’une culture avec par exemple l’exposition de Bruno Serralongue qui documente la lutte toujours actuelle du peuple sioux pour protéger ses terres ancestrales face à l’expansionnisme de l’industrie des hydrocarbures.

Une édition pensée comme une photographie instantanée de notre présent : celle d’une violence dont témoignait déjà Lee Miller, à voir dans une exposition exceptionnelle, une édition qui nous révélera encore que ce monde n’a jamais connu la paix, mais que, dans le même temps, des femmes et des hommes ont toujours œuvré pour elle.

LEE MILLER Petersham sur de la laine, Vogue Studio, Londres, Angleterre, 1944.
Avec l’aimable autorisation de Lee Miller Archives.

Infos pratiques :
LES RENCONTRES D’ARLES
34, RUE DU DOCTEUR FANTON 13200 ARLES
INFO@ RENCONTRES-ARLES.COM
RENCONTRES-ARLES.COM TÉL. +33 (0)4 90 96 76 06

Focus sur :  FOTOHAUS ARLES 2022 : Sein und Schein [Être et paraître]
FOTOHAUS ARLES 2022 est composé de sept expositions, à la fondation MRO du 4 juillet au 25 septembre 2022 – Un programme riche Associé des Rencontres de la photographie. Découvrez également une exposition FOTOHAUS ARLES Hors les murs:  Ostkreuzschule sera montrée au 16, rue Vernon, Espace MLB du 4 au 18 juillet 2022.

Impressions pigmentaires réalisées par LEBOLABO pour les oeuvres Torsten Schuman, Elina Brotherus Sara Imloul sur papier Fine Art Hahnemühle Photo Rag 308g 100% coton et papiers peints. Crédits : Elina Brotherus

Pour en savoir plus

Partagez ce contenu avec amour